Joseph Pinard : « Mon fils a perdu son emploi à cause des gilets jaunes »

Les tenants du socialisme institutionnel sont peut-être en voie de disparition mais ils peuvent encore compter sur le plus brillant d’entre eux pour défendre l’ordre établi. Samedi dernier à Besançon, Place de la Révolution, Joseph Pinard distribuait des tracts anti-gilets jaunes à qui voulait bien les prendre. C’est-à-dire pas grand monde. Chapka vissée sur la tête, l’ancien député socialiste bravait le froid et le vent de « populisme » soufflant sur la ville, expliquant aux gilets jaunes venus manifester, ces croquemitaines de l’emploi, que leur mobilisation aurait jeté l’un de ses fils au chômage.

Au chômage ? Pourquoi, comment ? Les retards au travail imputables aux blocages des ronds-points et autres cas de force majeure auraient-ils vraiment conduit certains patrons à licencier abusivement leurs salariés ? On n’en saura rien, l’ex-député bottant en touche à chacune de nos demandes de précisions. Mais on croit tout de même Joseph Pinard sur parole. Parce qu’un socialiste, c’est bien sûr quelqu’un qui dit toujours la vérité, dixit Jean Minjoz.

Pinard brocarde donc les « gilets j » qui occupent la voie publique sans déclaration ainsi que les journalistes qui « pérorent avec complaisance sur les chaînes d’info ». C’est ce qu’on a pu déchiffrer de son message cryptique rédigé sur une reproduction d’un article du très à droite Valeurs Actuelles. L’ancien édile, qui participe encore à la formation politique et historique du PS local, n’est décidément jamais à cours de leçons de légitimisme !

Addendum, 22 Décembre : Renseignement pris, aucun des fils de M. Pinard n’a perdu son emploi. Ils nous assurent que tout va très bien pour eux…



Reproduction du tract de Joseph Pinard 1/2
Reproduction du tract de Joseph Pinard 2/2

Photographie : Joseph Pinard lors d’une cérémonie patriotique, le 8 mai 2018 © AR / Le Compost

Vidéo : Joseph Pinard contre les gilets jaunes, le 15 Décembre 2018 © Le Compost